Le jeudi 19 janvier 2017, Armel Le Cléac'h remportait la 8e édition du Vendée Globe sur son monocoque Banque Populaire VIII après un tour du monde sans escale et sans assistance. Le Finistérien améliorait ainsi le précédent record de près de 4 jours (3 jours, 22 heures et 40 minutes) établi par François Gabart lors de sa victoire lors de l'édition 2012-2013. Mais au-delà de la compétition et des records, le Vendée Globe c’est une histoire de technique et d’humanité, de mer et de sel, de limites et de dépassement. Et nous, on aime… Alors la rédaction de voilesetvoiliers.com vous en fait suivre les péripéties de près.

Actualité à la Hune

IMOCA – Jacques Vabre, B to B, Vendée Globe

Les cinq trucs d’Armel Le Cléac’h pour s’en sortir

  • Publié le : 12/12/2011 - 00:02

Bonne powerPas de doute, le plan VPLP/Verdier construit en 2010 pour Michel Desjoyeaux va très bien à Armel Le Cléac'h qui l"a récupéré sous les couleurs de la Banque Populaire, même s'il n'est pas toujours facile d"hériter d'un bateau pensé par un autre. «Au portant, on sent bien qu’il y a des chevaux sous la carène !» Tu 'as dit !Photo @ Benoît Stichelbaut BPCE
...........
Le classement de la Transat B to B le lundi 12 décembre à 11h00

1. François Gabart, Macif. 2. Armel Le Cléac'h, Banque Populaire. 3. Vincent Riou, PRB. 4. Alex Thomson, Hugo Boss. 5. Mike Golding, Gamesa.
...........

Sécurité : mise à jour lundi 12 décembre 2011 à 15h00
La direction de course confirme et impose aux concurents la décision d'une modification de parcours, en raison de conditions météorologiques trop défavorables. Par conséquent, il est demandé à toute la flotte de traverser la porte formé par les points 20°W-42°N à 16°W-42°N.
...........

 

Pour les coureurs IMOCA, la trêve n’aura pas été bien longue entre l’arrivée au Costa Rica de la Transat Jacques Vabre courue en double et le départ de la transat B to B, donné depuis Saint-Barth’ le 5 décembre dernier, en solo cette fois. Quelques jours pour convoyer son 60 pieds, débriefer, recharger les batteries et se remettre dans la course… Pendant lesquels Armel Le Cléac’h a pris quelques minutes pour nous transmettre un tout petit peu de son expérience démesurée tout en commentant sa Jacques Vabre.

 

> Que faire quand on a raté son départ ?
Le 2 novembre au Havre, jour du départ de la Jacques Vabre, ça coince un peu pour Armel Le Cléac’h et son coéquipier Christopher Pratt : un plastique coincé dans leur self-drive bouche l’entrée d’eau et le moteur commence à chauffer. Un premier petit coup de pression, le temps de sortir du port à la voile et de réparer, qui ne manque pas de les mettre en retard. La voile d’avant est alors gréée dans la précipitation et les co-skippers oublient de passer dans celle-ci le lashing qui double la drisse. Ils ne comprennent leur erreur qu’au moment où ils déroulent cette voile, à dix minutes du départ, et qu’elle redescend le long de son câble.

Série d"emm...Une belle série de pépins a rendu le départ de Banque Pop' sur la Transat Jacques Vabre plutôt chaotique et il aura quand même fallu quelques milles au duo de skippers pour se remettre dans le match. Le secret, dans ce genre de situation : ne pas s'exciter pour rien.Photo @ Benoît Stichelbaut BPCE«Petit problème plus petit problème font une succession d’emmerdes… Qui fait que l’on ne prend pas le départ que l’on voulait, même si notre souci de voile avant n’était pas très handicapant pour la suite, conclut Le Cléac’h. Néanmoins on n’a pu se remettre dans la course qu’au cap de la Hague, alors qu’on avait déjà 20 milles de retard. C’est là où pour recoller, il faut savoir remettre un peu de charbon et sortir de belles trajectoires. A la sortie du premier front, on était rendu à quelques milles de Groupe Bel, bien placé. C’est là où il faut savoir gagner petit.»

Donc hors de question de s’énerver pour rien. «Quand Safran et PRB ont commencé à se tirer la bourre, façon speed test, et qu’ils se sont décalés dans l’Ouest, on a profité de cette petites erreurs.» L’idée n’est jamais de jouer les extrêmes, mais bien de dessiner la meilleure route en fonction de ses fichiers GRIB. Et éviter de traverser le plan d’eau pour aller chercher une autre option !

 

> Que faire lorsqu’on n’est pas certain de ses fichiers GRIB ?
Armel Le Cléac"h, 34 ansA 34 ans, Armel Le Cléac'h compte parmi les meilleurs skippers de course au large en solitaire au monde. Alors qu'il a terminé 2e du Vendée Globe 2008-09, il n'y a de doute pour personne qu'il jouera la victoire sur le prochain.Photo @ Benoît Stichelbaut BPCE«Virbac Paprec a viré un peu tard après le front, le 3 novembre, et a été un peu contraint d’assumer d’être au Nord», note Le Cléac’h. A ce moment-là, son équipage comme celui de Macif voit plus d’avenir dans l’option Sud. (Voir l’interview de François Gabart, «J’appellerais pas Desjoyeaux pour une histoire d’écoute», ici.) Si la suite des événements ne leur donnera pas raison, Dick et Beyou remportant la transat avec une belle avance, le skipper de Banque Populaire note que les fichiers GRIB ne lui donnaient pas tort et que la situation a évolué en seulement 24 à 48 heures. «C’est le genre de choses qui peuvent se produire lorsque les modèles ne sont pas classiques, commente Le Cléac’h. Mais lorsque l’on a compté les bateaux qui étaient avec nous, notre choix d’option ne paraissait ni délirant, ni risqué. […] Bien sûr, quand on voit ses concurrents partir sur une option à 17 nœuds de moyenne, on se pose nécessairement des questions. Mais tant que la situation n’est pas claire, il vaut mieux garder une route médiane. Rester un peu dans la paquet, plutôt que de se retrouver coincé sur une option extrême est plus judicieux.»
 

Le Cléac"h sur la B to B 2011La Transat B to B est partie lundi dernier de Saint Barth'. Si la plupart des coureurs entendent d"abord ramener leurs bateaux après la Jacques Vabre, en les épargnant au maximum, la course s'avère aussi l"une des dernières qu'ils disputeront en solo, avant le Vendée Globe... Photo @ Benoît Stichelbaut BPCE
> Comment arrive-t-on à gratter des places jusqu’au bout pour finir  à la 3e place ?
En ne lâchant jamais rien, en restant vigilent jusqu’au bout, en jouant des petits coups. C’est comme ça que Le Cléac’h et Pratt sont parvenus à repasser devant Macif, même si les problèmes que leurs adversaires rencontrés alors les ont certainement aussi aidés. «Dans la mer des Caraïbes, la situation météo était délicate – beaucoup de grains, beaucoup de nuages – avec des fichiers GRIB peu fiables. Il fallait donc définir une stratégie globale et beaucoup observer la météo locale.»


> Doit-on être déçu d’un tel résultat ?
3e de la Jacques Vabre 2011En terminant 3e aux côtés de Christopher Pratt de la Jacques Vabre, Le Cléac'h se déclare très satisfait : il s'agissait de la première course qu'il disputait sur son nouveau bateau et celui-ci a tenu.Photo @ Jean-Marie Liot BPCE / DPPIAvec ses deux victoires sur la Solitaire du Figaro et sa place de 2e sur le dernier Vendée Globe, Armel Le Cléac’h est légitimement considéré comme l’un des meilleurs skippers actuels de course au large en solitaire. Aujourd’hui à la barre du dernier 60 pieds construit par Michel Desjoyeaux (Banque Populaire est son ex Foncia 2, mis à l’eau en septembre 2010), il compte parmi les grands favoris de la classe IMOCA… Mais pour sa première course officielle sur ce bateau, il termine derrière les duos Dick/Beyou et Thomson/Altadill.

«Non, c’est plutôt un bon bilan, répond l’intéressé. Un podium, une place de troisième, c’est très bien. Même si l’on vise toujours la victoire sur ce type de course, il faut prendre en compte que c’est la première que j’ai courue sur Banque Populaire, alors que les soucis que l’on a rencontrés au mois d’août nous ont freinés, pour nos entrainements comme pour nos validations.»

Sans se donner de fausses excuses, le skipper préfère donc replacer ce résultat dans son contexte. En l’occurrence, il n’avait pas eu l’occasion de faire du large ni de naviguer dans toutes les conditions avant cette transat. «Avec un départ difficile, une jolie remontée et les deux premiers devenus intouchables à partir des Açores, compte tenu de leurs choix météo, c’était au final une belle course.»
 

Etalonnage bastonLorsque est survenue une avarie de structure sur Banque Pop', le bateau avait pourtant déjà fait une transat et une descente de l'Atlantique... Autant dire que les différents acteurs concernés ont été plutôt surpris, mais «tous ce sont mis autour de la table et ont joué la transparence», explique Le Cléac'h. Et son IMOCA ne l'inquiète plus, vraisemblablement. Photo @ Benoît Stichelbaut BPCE
> Peut-on faire confiance à un bateau qui a déjà connu des avaries ?
Passé sous les couleurs de Banque Populaire, Le Cléac’h a hérité du dernier 60 pieds de Michel Desjoyeaux, dessiné par VPLP et Guillaume Verdier, optimisé par le double vainqueur du Vendée Globe et construit par CDK, JMV et Green Marine… Le hic, c’est que le monocoque a déjà rencontré quelques pépins. «C’est quand même sympa de récupérer un bateau de dernière génération, qui a notamment été optimisé au niveau du poids, souligne Le Cléac’h ! Au portant, on sent bien qu’il y a des chevaux sous la carène ! C’est le troisième bateau conçu par Michel, il n’y a pas de problème, il est très abouti, même si la prise en main est toujours plus compliqué quand le bateau n’a pas été conçu pour toi.»

Mais Le Cléac’h reste rationnel sur le sujet : après l’avarie qui a mis fin à la BWR de Michel Desjoyeaux (alors associé à François Gabart), le mât a été repensé pour ne plus risquer la casse. Pour le cas de l’avarie de structure subie au mois d’août dernier par Le Cléac’h – «Une belle fissure dans la coque, a priori corrélation de plusieurs choses : un défaut sur un livet et sa pose, dont le décalage entre les pieds a entraîné la casse, dans tel type de navigation et sous telle configuration de voiles» –, les différents intervenants sur le projet ont dû se réunir, afin comprendre le problème et renforcer le tout comme il faut. «Avec des monotypes, explique Le Cléac’h, c’est le jeu. Parce qu'on essaie toujours de travailler sur la structure et la manière de construire pour gagner du poids… Mais on préfère aussi que l’avarie survienne à l’entraînement, à 50 milles du port, plutôt qu’en course. Moi, je suis super content que la bateau ait encaissé cette transat assez dure, où ça a beaucoup tapé.»

………..
Armel Le Cléac’h dispute actuellement la Transat B to B, à retrouver ici.

En complément

  1. tjv 11   4e place pour gabart et col 05/12/2011 - 00:01 IMOCA – Vendée Globe Gabart : «J’appellerais pas Desjoyeaux pour une histoire d’écoute» Quelques heures avant de prendre le départ de la Transat B to B, la première qu’il courra en solo sur Macif, François Gabart évoque sa Jacques Vabre et les dilemmes qu’il a dû résoudre pour terminer 4e.
  2. dick et beyou, vainqueurs magnifiques  18/11/2011 - 10:25 Transat Jacques Vabre 2011 Dick et Beyou vainqueurs au bout de l'effort ! Jean-Pierre Dick et Jérémie Beyou ont franchi la ligne d’arrivée vendredi matin à Puerto Limon après un peu plus de 15 jours de mer. La fin de course a été particulièrement difficile à négocier avec une dépression et du tout petit temps… Récit et analyse.
  3. dick-beyou   victoire en vue  18/11/2011 - 00:52 Transat Jacques Vabre 2011 – Interview à bord de Virbac-Paprec Jean-Pierre Dick : «On est un peu stressés par cette fin de course» Virbac-Paprec 3 n’était qu’à une centaine de milles de Puerto Limon, jeudi après-midi, quand Jean-Pierre Dick et Jérémie Beyou ont répondu à nos questions. Temps forts, doutes, complicité : ils se confient.
  4. armel le cl eacute;ac #039;h, la victoire lui sourit 13/04/2011 - 12:51 Banque Populaire Armel Le Cléac’h pour le Vendée Globe… mais qui pour le Jules Verne ? Cette fois, c’est officiel : le remplaçant de Pascal Bigérorry à la barre du maxi-trimaran Banque Populaire V… n’est absolument pas choisi. En revanche, le skipper du 60 pieds IMOCA Banque Populaire pour le Vendée Globe 2012 est certain : comme cela se murmurait sur les pontons bien informés, il s’agit d’Armel Le Cléa’ch, 2e du dernier Vendée derrière Michel Desjoyeaux. Armel mènera d’ailleurs le dernier Foncia de ce même Mich’Desj’, contraint à l’abandon sur démâtage lors de la Barcelona World Race. Nul doute, en tout cas, que l’association homme-bateau sera redoutable ! Quant au maxi-trimaran, quelques noms circulent…
  5. armel le cl eacute;ac #039;h, doublel vainqueur de la solitaire du figaro 19/08/2010 - 02:26 40 ans de la Solitaire du Figaro Armel Le Cléac’h, le nouveau roi du Figaro Déjà vainqueur en mai - pour la deuxième fois - de la Transat AG2R en double, Armel Le Cléac'h (Brit Air) s'est octroyé mercredi soir à Cherbourg - pour la deuxième fois également - la si difficile Solitaire du Figaro en remportant la 4e et dernière étape. Sans un petit excès de confiance à l'approche du Fastnet dans la 3e étape, il aurait même pu réaliser le grand chelem. 2010 est donc l'année Le Cléac'h qui tentera en novembre d'ajouter avec la Route du Rhum en 60 pieds une nouvelle ligne à son superbe palmarès.
  6. armel le cl eacute;ac #039;h 23/02/2009 - 16:15 Vendée Globe 2008-09 Questions impertinentes à Armel Le Cléac’h Ses plaies ne sont pas refermées, ses mains terminent de desquamer, ses doigts sont encore gonflés. Une dizaine de jours après son arrivée aux Sables, Armel Le Cléac'h porte encore les stigmates de son premier tour du monde. Parfois, il gratte ses paumes à l'endroit où passaient les écoutes. Discrètement. Le dauphin de l'exceptionnelle édition 2008-09 du Vendée Globe n'est vraiment pas du genre à en faire des tonnes. Son credo, c'est plutôt réflexion, franchise et humilité. Rencontre chez Voiles et Voiliers.
  7. 07/02/2009 - 22:18 Armel Le Cléac’h second du Vendée Globe : le triomphe du Chacal Six jours après Michel Desjoyeaux, Armel Le Cléac’h a coupé la ligne d’arrivée ce samedi matin 7 février à 9h41 après 89 jours, 20 heures et 35 minutes d’une course éprouvante du début à la fin. A 31 ans, le bien surnommé « Chacal » est le plus jeune des 11 rescapés (sur 30). Pour son premier tour du monde, il marque cette 6ème édition du Vendée Globe par une ténacité, une prudence et un talent qui forcent le respect.