Le jeudi 19 janvier 2017, Armel Le Cléac'h remportait la 8e édition du Vendée Globe sur son monocoque Banque Populaire VIII après un tour du monde sans escale et sans assistance. Le Finistérien améliorait ainsi le précédent record de près de 4 jours (3 jours, 22 heures et 40 minutes) établi par François Gabart lors de sa victoire lors de l'édition 2012-2013. Mais au-delà de la compétition et des records, le Vendée Globe c’est une histoire de technique et d’humanité, de mer et de sel, de limites et de dépassement. Et nous, on aime… Alors la rédaction de voilesetvoiliers.com vous en fait suivre les péripéties de près.

Actualité à la Hune

Vendée Globe 2012-13 – Interview exclusive

Jean Le Cam : «Intégrer la structure de Jean-Pierre Dick, c’est l’idéal !»

Les inscriptions au prochain Vendée Globe s’enchaînent ces dernières semaines. Après Jérémie Beyou (Maître CoQ) et Liz Wardley, Jean Le Cam est le 18e concurrent officiellement inscrit au prochain tour du monde en solitaire sans escale ni assistance. Deuxième en 2005 avec seulement 6 heures 33 minutes de retard sur Vincent Riou (plus petit écart entre le 1er et le 2e de l’histoire du Vendée Globe) puis contraint à l’abandon après un chavirage peu avant le Cap Horn en 2008-09, Jean Le Cam signe donc son grand retour en monocoque Imoca. Le Roi Jean, triple vainqueur de la Solitaire du Figaro (1994, 1996, 1999), sera une nouvelle fois un des grands animateurs du prochain Vendée Globe. Interview…
  • Publié le : 10/02/2012 - 08:00

3e Vendée Globe pour Jean Le CamA 53 ans, Jean Le Cam prendra le départ de son troisième Vendée Globe.Photo @ Thierry Martinez Sea&Covoilesetvoiliers.com : Tu vas annoncer ta participation au prochain Vendée Globe sur l’ancien Gitana 80. Après plus de deux ans de recherche, j’imagine que ça doit être un soulagement aujourd’hui ?
Jean Le Cam : Oui, c’est top !

vetv.com : As-tu douté au cours de ces années de chasse au sponsor ?
J.L.C. : Le doute fait partie de la performance. Donc, oui, tu doutes toujours. Mais on a l’habitude.

vetv.com : As-tu hésité entre différents bateaux d’occasion ?
J.L.C. : Non, parce que c’est un bateau que j’avais réservé depuis trois mois déjà. Le choix était fait que si je faisais le Vendée Globe, ce serait sur ce bateau-là. C’est un des meilleurs bateaux disponibles. Il doit encore en rester deux ou trois.

vetv.com : On a vu que Jérémie Beyou avait trouvé son sponsor grâce à Vincent Riou, qui avait été sponsorisé par Maître Coq lors de la Route du Café 1993 (première édition, mais en solitaire, de la future Transat Jacques Vabre). Comment as-tu trouvé le tien ?
J.L.C. : Ce n’est pas moi qui l’ai trouvé, c’est Luc Talbourdet (team manager de Jean-Pierre Dick, ndlr) qui était en contact avec Synerciel depuis un moment. Il m’a gentiment appelé pour me demander si j’étais disponible pour faire le Vendée Globe. J’étais content qu’il pense à moi. (au départ, Luc Talbourdet cherchait un budget pour Jérémie Beyou, co-skipper de Jean-Pierre Dick sur leur Transat Jacques Vabre victorieuse, ndlr)

vetv.com : Cela veut-il dire que tu vas intégrer et bénéficier de la structure lorientaise de Jean-Pierre Dick ?
J.L.C. : Exactement. C’est parfait, parce qu’ils ont déjà une structure en place. Pour moi, c’est l’idéal. C’est la mise en commun de moyens techniques et humains pour optimiser le dossier. On est toujours plus intelligent à deux que tout seul.

Gitana Eighty racheté par Jean Le CamCe plan Farr 2007, sistership du Paprec-Virbac 2 de Jean-Pierre Dick, s’est successivement appelé Gitana Eighty, 1876, W Hotels et Renault Z.E. Il a été skippé par Loïck Peyron, Guillermo Altadill, Yves Parlier et Pachi Rivero.Photo @ Thierry Martinez Sea&Co

vetv.com : Quelle était ta date limite pour trouver un budget ?
J.L.C. : Avril.

vetv.com : Ce sera ton 3e Vendée Globe. Beaucoup y reviennent plusieurs fois. Même d’anciens vainqueurs. Comment l’expliques-tu ?
J.L.C. : Parce que c’est une belle aventure, une belle course. Le règlement est simple. Chaque élément d’un Vendée Globe est quelque chose d’important. Ça renvoie aux vraies valeurs. Tu t’aperçois que quand on te dit que l’eau c’est la vie, effectivement, il ne faut pas tomber en panne de dessalinisateur. Y a des vraies choses qui renvoient aux vraies valeurs.

Palmarès du bateau

Transat Jacques Vabre 2007 : 8e (Gitana Eighty, Loïck Peyron et Jean-Baptiste Le Vaillant)

Transat BtoB 2007 : 1er (Loïck Peyron)

Transat Anglaise 2008 : 1er (Loïck Peyron)

Vendée Globe 2008-09 :  abandon sur démâtage (Loïck Peyron)

Istanbul Europa Race 2009 : 5e (1876, Guillermo Altadill)

Transat Jacques Vabre 2009 : 9e (1876, Yves Parlier/Pachi Rivero)

Tour d’Espagne 2010 : 4e (W Hotels, Pachi Rivero)

Barcelona World Race 2011 : 3e (Renault Z.E., Pachi Rivero/Antonio Piris)

vetv.com : Ton budget te donne-t-il tous les moyens pour faire du mieux possible ?
J.L.C. : Pour le moment on démarre le projet. On cherche encore des partenaires supplémentaires pour être le plus performant possible au départ du Vendée Globe. C’est bien de pouvoir s’appuyer sur l’équipe de Luc Talbourdet pour ça. Ils sont en relation directe avec les sponsors.

vetv.com : Auras-tu le temps d’optimiser encore un peu ton plan Farr de 2007 ?
J.L.C. : Oh oui, ça on sait faire. Là, on va aller chercher le bateau en Espagne, le laisser pour l’instant tel qu’il est et on le développera au fur et à mesure. 

vetv.com : A-t-il toujours son volet orientable sous la voûte arrière, présenté à l’époque comme l’arme secrète des deux plans Farr de Jean-Pierre Dick et Loïck Peyron ?
J.L.C. : Oui, il l’a toujours. Je n’ai encore jamais navigué sur ce bateau, mais celui de Mike Golding (l’ex-Ecover 3, ndlr) pour la Barcelona World Race avait un “Interceptor“ qui était sur le même principe. Et je pense que c’est un avantage.

vetv.com : Quelle va être ton programme d’ici le départ ?
J.L.C. : Donc chercher le bateau en Espagne, le ramener en Bretagne et commencer la préparation spécifique pour le Vendée Globe. On n’a pas prévu de faire d’autre course avant le Vendée Globe.

Noueau sponsor pour Le CamJean Le Cam a signé hier matin son partenariat avec Philippe Christophe, le président de SynerCiel, un réseau d"entrepreneurs du bâtiment.Photo @ Vincent Curutchet SynerCiel